Pour le droit de liberté de mouvement - Non aux déportations

La migration est une réalité.

La migration existe depuis le début de l'histoire de l'humanité. Les mouvements de migration se trouvent longtemps avant l'existence d' états et de frontières. Ils sont causés en partie par l'exploitation économique des états industriels. La migration est synonyme de décisions et d'actes autodéterminés d'hommes dans le désir de bonheur, de meilleure vie et trop souvent de lutte de survie. La migration est une stratégie d'hommes et un mouvement social mondial. Malgré d'obstacles massives elle surmonte des frontières nationales et met des questions de nationalité et de participation aux richesses et droits sur l'agenda.

Le contrôle étatique de migration sert aux interets économiques et politques

Dans le monde entier, surtout dans les pays soi-disant riches on trouve un renforcement de la politique d'immigration. La liberté de mouvement au-delà des frontières n'est évidente qu' avec le „bon“ passeport. D'avoir la „fausse“ nationalité désavantage les hommes en ce qui concerne l'acceès aux droits de travail et de revenues. En plus les hommes sont acceuillis ou refoulés selon les besoins. Les droits d'etrangers donnent aux employeurs de plus en plus de pouvoir sur les travailleurs migrantiques qui dû à leur état précaire sonst obligés d'accepter des conditions intolérables. De facon cynique ils sont en plus culpabilisés d'aggrâver les conditions de vie générales.

Avec cela le racisme et le nationalisme se développent. L'inégalité, la concurrence et les conditions d'exploitation sont des parties essentiels et des conséquences du capitalisme global et pas une conséquence de la migration.

L'isolement est de la violence

L'essai de contrôler ou d'empêcher la migration dans un monde captialiste et partriarchique est de la violence. Des états peuvent illegaliser la migration mais pas l' empêcher. Elles peuvent au maximum la retarder et faire monter son prix – aussi en ce qui concerne les vies humaines. La migration reste toutefois legitime.

La plupart des hommes au continent africain ou asiatique qui se mettent en route s'échouent dans de camps immenses, beaucoup meurent dans le désert ou se noyent dans la mer méditerannée. Qu'ils ne peuvent pas monter un avion à Dakar ou un bac comme les touristes est une décision politique des états européens. Malgré cela il ya des hommes qui surmontent les frontières et les murs avec succès et ont ici un nouveau centre de vie. Beaucoup d'entre eux ne reçoivent pourtant pas un droit de séjour permanent et sont menacés d'expulsion – un des moyens les plus drastiques du contrôle de migration.

L'expulsion est un crime étatique

Elle viole le droit de mouvement, de vie et d'intégralité physique. Les expulsions ajoutent à l‘armement militaire et mortel aux frontières. Des hommes sont entassés dans des camps. L'expulsion inclue des actes de violence nocturnes, des interventions de police massives et traumatisants. Des enfants et des adolescents sont cherchés à l' école et les adultes aux travail. Elle sépare les familles de force et elle a des conséquences mortelles.

La politique d'expulsion est une menace permanente pour de plus en plus d'hommes. Des milliers sont considerés comme assujettis à la sortie depuis des années et ne reçoivent qu' un titre de séjour provisoire et instable. Avec ce titre de séjour ils ne savent pas si et quand leur expulsion aura lieu. Avec cela des hommes sont tenus dans des conditions juridiques insûrs, dans lesquels ils ne peuvent pas se defendre contre de mauvaises condions de vie et de travail. Des expulsions ont l'intention d'intimider et de discipliner les migrants. Ils veulent maintenir l'inégalité existante. Cela nous nuit tous.

Nous tous doivent nous décider – Que voulons- nous?

• Nous voulons des solutions communes pour les questions globales sociales au lieu d'un régime de frontières mortel. Des solutions qui satisfaient les besoins de tous les hommes d'existence physique, de sécurité, d'autonomie, d'intégrité, de communauté, d'amour, de dignité et de respect.

• Nous voulons une résistance forte et l’ostracisation d'expulsions de n'importe qui, de n'importe quelle raison et dans n'importe quel pays.

• Nous voulons le respect du droit de mouvement pour tout le monde, le droit de venir, de partir ou de rester.

Tous les hommes sont nés libres et égaux de dignité et de droits.

Nous vous appelons d'agir ensemble avec nous!

KMii – Netzwerk Kein Mensch ist illegal Köln · Die KEAs e.V. - Kölner Erwerbslose in Aktion · AGISRA – Arbeitsgemeinschaft gegen internationale sexuelle und rassistische Ausbeutung · Wohnraum für Alle